De l’intérieur du Monde

Pour une philosophie et une science des relations

 

Michel Bitbol

Flammarion, Février 2010, 720 pp.

 

 

Nous sommes les héritiers d’une image archétypale de la connaissance comme dévoilement de ce qui se trouve caché au plus profond des choses, dans l’intimité de ce qui leur est propre. Selon elle, la relation entre les choses est une conséquence superficielle de leur « nature », et notre relation aux choses est une manière indirecte, fragmentaire, et incertaine d’y accéder.

Pourtant, depuis leur essor au dix-septième siècle, les sciences de la nature ne cessent de démentir cette image, et d’en inverser les priorités. Les énoncés sur les choses ne sont plus que l’ombre portée du travail scientifique consistant à susciter les phénomènes par des relations expérimentales ordonnées, et à établir des relations légales entre ces phénomènes. L’inversion de priorités atteint son paroxysme en physique quantique, où il est question de relations qui sont définies sans que les propriétés qu’elles unissent le soient.  Mais l’empreinte durable de la représentation « absolutiste » de la connaissance empêche d’en accepter toutes les conséquences philosophiquement révolutionnaires. Il résulte de cela une pensée en porte-à-faux, un conflit entre son idéal et son fruit, qui se manifeste par d’apparents paradoxes et contribue au « malaise dans la civilisation ».

Ce livre propose d’y remédier à la source. Il repense la théorie de la connaissance, l’ontologie, et leurs interactions réciproques en les dotant d’une grille de lecture relationnelle conforme à la direction du développement des sciences, et non plus de l’ancienne grille de lecture monadique entretenue à notre insu par les formes de la langue. Il étend la cure à ses dimensions culturelle et existentielle en s’appuyant sur la philosophie de Nâgârjuna, penseur indien du iie siècle, auteur de référence de l’école bouddhique de la « voie moyenne », qui tire les ultimes conséquences pratiques de la co-relativité des phénomènes et de leur absence (ou « vacuité ») de nature propre.

 

Table des matières

 

Introduction

 

I La relation transversale: sur les rapports du connaissant et du connu

Chapitre 1 La relation cognitive, en l’absence d’« extériorité »

Longueur, largeur et profondeur

Circuler, faute d’en sortir

Schèmes conceptuels et impossible extériorité

L’autonomie du schème par rapport au langage

Le schème et la sculpture du non-sens

L’explicitation du schème comme instrument de traduction

Le couple intérieur-extérieur sans intérieur ni extérieur

 

Chapitre 2 Critères « internes » de relativité

La finitude comme critère de relativité

Pluri-régionalité et relativité

La relativité cognitive hors la loi de la perspective : le cas de la mécanique quantique

Relation cognitive transcendante et relativité immanente en mécanique quantique

L’avancée hésitante de la « relativité immanente » dans les lectures contemporaines de la mécanique quantique (I-Les interprétations dispositionnelles)

L’avancée hésitante de la « relativité immanente » dans les lectures contemporaines de la mécanique quantique (II-Les interprétations relationnelles)

 

Chapitre 3 Relations cognitives et épistémologie transcendantale

Kant sans la chose en soi?

Philosophie des relations ou thérapeutique relationnelle? Premiers pas sur la « voie moyenne »

L’envers et l’endroit de la « mesure »

La co-relativité du sujet et de l’objet selon la « voie moyenne »

Le relativisme entre auto-réfutation et auto-accomplissement

 

II La relation latérale: critique du modèle monadique de la connaissance

Chapitre 4 Sur la relativité des relations entre objets

Les contreparties incongruentes : une situation-test de la double relativité

La mesure en physique quantique, entre anthropologique et transcendantal

Des relations « non-fondées » aux relations non-survenantes

Relations non-survenantes en physique quantique : la non-séparabilité

L’identité relative en physique quantique

Le holisme, ultime ressource de l’ontologie ou métaphore de la philosophie critique ?

 

Chapitre 5 Fondement relationnel, fondement causal

Un tableau des échappatoires à la double relativité

Sur une ontologie de relations « internes » en physique quantique

Sur une ontologie de relations causales « externes » : (1) Réciprocité et causalité, de Kant à la théorie de la relativité

Sur une ontologie de relations causales « externes » : (2) non-séparabilité quantique et causalité

Critique des ontologies de relations causales externes

 

Chapitre 6 Une ontologie de relations est-elle simplement possible ?

Surgissements et éclipses de l’ontologie de relations : premiers aperçus historiques

Une ontologie de relations au banc d’essai théologique

L’ontologie relationnelle comme ombre d’une nouvelle logique

Des relations aux complexes relationnels : l’univers-graphe

Structuralisme et connaissance en physique

La méthode structuraliste

Les structures sont-elles seules connaissables ?

Le monde n’est-il que structure ?

Un structuralisme subjectif : Arthur Eddington

Un structuralisme de l’interface agissante

La structure comme nom, l’isomorphisme comme verbe

En deçà des causes et des successions : retour sur la « voie moyenne »

 

III Le cercle des relations: naturalisation et auto-consistance

Chapitre7 L’entrelacs des épistémologies

Epistémologie normative, épistémologie naturalisée

Fondement contre cercle, ou réciprocité dynamique ?

Une coopération entre les deux épistémologies « antagoniques »

Sur les sources métaphysiques de l’épistémologie transcendantale

L’enchevêtrement des cercles relationnels

Epistémologie naturalisée relationnelle et épistémologie transcendantale

 

Chapitre 8 L’émergence sur un mode relationnel

L’aporie des propriétés émergentes

Des propriétés émergentes aux relations émergentes

 

Conclusion

 

DOSSIER DE PRESSE

 

CRITIQUE DE ROGER-POL DROIT, LE MONDE, 5 MARS 2010



 

Article de Florian Forestier dans ACTU PHILOSOPHIA 6 mars 2011

Emission de France-Culture, « Continent Sciences » avec Stéphane Deligeorges, 26 Avril 2010

 

 

Recension du JOURNAL DU CNRS, Mars 2010

 

Philosophie Magazine Mai 2010

 

NonFiction.fr, Mai 2010

 

 

 

Retour à la page d'accueil