Michel Bitbol


MODULE DE PHILOSOPHIE DE LA PHYSIQUE CONTEMPORAINE

2003-2004
(Dans le cadre du DEA d'Histoire et Philosophie des Sciences de l'Université Paris I, Option histoire et philosophie de la physique)

Vendredi de 14h à 17h

(au 1er semestre, à partir du 17 octobre)

 

EXAMEN ORAL:

28 MAI 2004 À 15H À L'IHPST

 

Retour à la page d'accueil

 

RELATIVITE DES ATTRIBUTS ET RELATIVITE DE L'IDENTITE EN PHYSIQUE QUANTIQUE
Autour des relations d'indétermination et de l'indiscernabilité des particules

 

Bohr et Heisenberg ont formulé un nouveau « principe de relativité » pour la mécanique quantique, portant non plus, comme chez Einstein, sur les seules coordonnées spatio-temporelles, mais sur tous les attributs d'« objets ». L'illustration la plus connue de ce principe a été la mise en rapport d'une démonstration formelle et d'une démonstration quasi-classique des relations d'indétermination de Heisenberg, faisant usage de l'idée d'une « perturbation » de l'objet par l'agent de mesure. Par la suite, ce « principe de relativité » a été étendu aux hypothétiques porteurs d'attributs, par-delà les attributs. Il a pris la forme, très discutée depuis, de règles de symétrisation et d'antisymétrisation pour les états d'assemblées de particules.
Dans un premier temps, nous discuterons à fond la validité de la démarche exposée par Heisenberg dans les Principes physiques de la théorie des quanta. Nous remarquerons en particulier qu'employer l'image de la perturbation c'est commencer par représenter la relation entre les pôles du processus épistémique d'une façon qui implique la validité universelle du concept formel de propriété, puis se prévaloir de l'inanalysabilité d'une telle relation pour mettre en question le concept formel de propriété hors du domaine macroscopique où il continue à devoir être présupposé.
Dans un second temps, nous déploierons le débat actuel autour de l'applicabilité du principe leibnizien d'identité des indiscernables en physique quantique. Nous verrons que les positions varient entre le maintien intransigeant de ce principe (au prix de variables cachées) et son complet abandon (en théorie quantique des champs), en passant par l'intéressant cas intermédiaire représenté par le concept d'identité relative.

ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE:

-B. Van Fraassen, Quantum mechanics (an empiricist view), Oxford U.P. 1991
-R.I.G. Hughes, The structure and interpretation of quantum mechanics, Harvard U.P., 1992
-W. Heisenberg, Principes physiques de la théorie des quanta, J. Gabay, 1998
-N. Bohr, Physique atomique et connaissance humaine, Folio-Gallimard 1991
-E. Schrödinger, Physique quantique et représentation du monde, Points-Seuil 1992
-B. d'Espagnat, Le réel voilé, Analyse des concepts quantiques, Fayard, 1994
-P. Teller, An interpretive introduction to quantum field theory, Princeton U.P., 1995
-M. Bitbol, Mécanique quantique, une introduction philosophique, Flammarion, 1996
-P. Mittelstaedt, The interpretation of quantum mechanics and the measurement process, Cambridge U.P., 1998
-E. Cassirer, Determinism and indeterminism, Yale University Press, 1956
-G. Hermann, Les fondements philosophiques de la mécanique quantique, Vrin 1996
-P. Mittelstaedt, Philosophical problems of modern physics, Reidel, 1976