Michel Bitbol


MODULE DE PHILOSOPHIE DE LA PHYSIQUE CONTEMPORAINE

2002-2003
(Dans le cadre du DEA d'Histoire et Philosophie des Sciences de l'Université Paris I, Option histoire et philosophie de la physique)


Vendredi de 14h à 17h (au 1er semestre)

Rappel: compte-rendus de lecture à remettre d'urgence

Retour à la page d'accueil

 

RELATIONS ET RELATIVITES EN PHYSIQUE (I)

L'idée que notre science peut seulement accéder à des relations, et non pas aux hypothétiques déterminations absolues de ce qui est, remonte à un passé très ancien. Elle a été avancée, de Protagoras à Pyrrhon, comme argument sceptique apte à saper les fondements de la connaissance. Mais elle a aussi été prise, de Kant à Einstein, comme point de départ d'une entreprise de refondation épistémologique. Une première étape de notre travail sera d'évaluer les méthodes de (re)constitution d'objectivité à partir d'un constat de relativité des déterminations. Les théories einsteiniennes de 1905 et 1915 seront prises comme paradigme de ces méthodes.
L'avènement de la mécanique quantique représente une radicalisation de ce mouvement de reconnaissance du caractère relationnel de la connaissance. La thèse suivant laquelle la mécanique quantique renvoie plus exclusivement à des relations que toutes les théories physiques antérieures n'a cessé de ressurgir et de se renforcer. Bohr et Heisenberg en ont été les premiers promoteurs à l'époque de l'élaboration de la théorie quantique. Elle a ensuite trouvé des relais chez des physiciens aussi éloignés de l'interprétation de Copenhague que l'était Hugh Everett, avec sa "relative state interpretation of quantum mechanics" de 1957. Et elle a été réintroduite ces dernières années sous des formes profondément retravaillées par divers auteurs allant de Karl Popper à David Mermin. Nous centrerons notre étude sur le concept quasiment inédit de "relation non-survenante", qui a été élaboré à partir des années 1980 pour comprendre les traits de la "non-séparabilité" quantique autrement qu'en imaginant des interactions non-locales instantanées entre les très hypothétiques "propriétés" des particules.

 

ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE:

-B. Van Fraassen, Quantum mechanics (an empiricist view), Oxford U.P. 1991
-R.I.G. Hughes, The structure and interpretation of quantum mechanics, Harvard U.P., 1992
-N. Bohr, Physique atomique et connaissance humaine, Folio-Gallimard 1991
-E. Schrödinger, Physique quantique et représentation du monde, Points-Seuil 1992
-B. d'Espagnat, Le réel voilé, Analyse des concepts quantiques, Fayard, 1994
-P. Teller, An interpretive introduction to quantum field theory, Princeton U.P., 1995
-M. Bitbol, Mécanique quantique, une introduction philosophique, Flammarion, 1996
-P. Mittelstaedt, The interpretation of quantum mechanics and the measurement process, Cambridge U.P., 1998
-M-A. Tonnelat, Histoire du principe de relativité, Flammarion, 1971
-D. Bohm, The special theory of relativity, Addison-Wesley, 1989
-A. Einstein, Oeuvres 2 et 3, Seuil
- E. Cassirer, La théorie de la relativité d'Einstein (Trad. Fr. J. Seidengart), Cerf, 2000
-E. Cassirer, Determinism and indeterminism in modern physics, Yale University Press, 1956
-G. Hermann, Les fondements philosophiques de la mécanique quantique, Vrin 1996
-P. Mittelstaedt, Philosophical problems of modern physics, Reidel, 1976